Recherche personnalisée

samedi 20 décembre 2014

Oran croule ... et Blida dans la PANIQUE !

Deux femmes, âgées de 65 et 42 ans, et un enfant de 15 ans ont été blessés après l’effondrement d’un immeuble au quarter Sidi El Houari. Deux autres personnes ont subi des blessures légères. Le sinistre s’est produit, jeudi vers 8 heures du matin, dans un immeuble R+2, sis au 7 rue Semmari Aoued. Les blessés ont été évacués vers le service des urgences de l’hôpital d’Oran où ils ont reçu les premiers soins. Les dalles vétustes d’un immeuble de deux étages situé dans le même quartier antique ont cédé sous le poids des années et de la détérioration totale de la structure qui ne s’apparente même plus à un vieux bâti, mais plus à une carcasse qu’occupaient des familles désespérées.
Cet effondrement intervient une semaine après l’effondrement à Sidi El Houari d’un immeuble de trois étages où trois femmes ont été blessées. D’autres immeubles mitoyens eux aussi occupés par de nombreuses familles, menacent de s’écrouler à tout moment. Le quartier de Saint Antoine avait eu aussi son lot d’effondrement d’immeubles.
Suite au dernier effondrement de jeudi matin, les autorités locales, ainsi que les services techniques de la protection civile accompagnés par ceux de la sureté, ont fait leur constat sur l’état des lieux. Décision a été prise de reloger les cinq familles qui occupaient l’immeuble de la rue Semmari Aoued. On apprendra que des représentants des familles des immeubles mitoyens ont été reçus par le wali d’Oran et ont reçu des promesses que toutes les familles seraient relogées au mois de mars prochain.
Une promesse que refusent ces habitants qui avancent le fait que les effondrements sont enregistrés au quotidien et que la menace qui pèse sur leurs enfants risque de ne pas attendre. Des habitants de ces immeubles reviennent sur les priorités à donner aux anciens habitants du vieux bâti qui ont vu d’autres occupants nouvellement arrivés bénéficier des opérations de relogement.
Par ailleurs, 16 personnes ont été évacuées, mercredi soir, par les éléments de la protection civile vers le service des urgences de l’hôpital d’Oran, après avoir été asphyxiées par le gaz lacrymogène.
Les victimes, 7 hommes, 4 femmes, trois enfants et deux gendarmes, ont été asphyxiées lors d’une opération d’évacuation des squatteurs des 150 logements sociaux dans la commune de Hassi Ben Okba.
Il s’agit de familles occupant un bidonville du lieu-dit Le Château à Sidi El-Bachir qui ont tenté d’occuper illicitement les 150 logements réalisés dans le cadre du programme de résorption de l’habitat précaire et qui n’ont pas été encore distribués.
Le S/G de la wilaya, et le chef de daïra et un important dispositif de sécurité ont été mobilisés pour évacuer les logements.


La terre a encore tremblé. Une secousse tellurique de magnitude 4,7 sur l’échelle ouverte de Richter a ébranlé l’Atlas blidéen et l’Algérois, hier à 12h06, a annoncé le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (Craag) dans un communiqué. L’épicentre de ce séisme, d’une puissance assez importante pour être ressenti à des kilomètres à la ronde, a été localisé à 4 km au nord de Chebli, dans la wilaya de Blida.
Si aucun dégât n’a été enregistré par la Protection civile, les citoyens, pris de peur, ont cédé à l’affolement. « Ce séisme n’a fait ni victime ni dégât, hormis des scènes de panique parmi la population », affirme ainsi le centre de coordination scientifique de la direction locale de la Protection civile, cité par l’APS. « Les habitants de la wilaya ont ressenti la secousse tellurique, d'où les scènes de peur et de panique parmi les citoyens », est-il ajouté.
Les seuls dégâts mineurs causés par ce tremblement de terre sont des « fissures constatées dans des vieilles bâtisses », précise-t-on. Quelques minutes après cette première secousse, à 12h12, un autre tremblement de terre, de magnitude 3,7 sur l’échelle ouverte de Richter a été enregistré par le Craag. Mais son épicentre était cette fois localisé à 4 km au nord ouest de Hammam Melouane, dans la même wilaya. Un peu moins d’une heure plus tard, à 13h09, une autre secousse tellurique, de moindre intensité, est une nouvelle fois signalée dans le même rayon géographique ; de magnitude 2,9, elle a été localisée à 2 km au nord-est de Hammam Melouane, affirme le Craag.
Cette même localité avait enregistré une secousse tellurique d’une magnitude de 3,6 pas plus tard que mardi dernier. Mais le tremblement de terre dont les habitants de cette ville gardent un traumatisme est celui qui a secoué la région en juillet 2013 : d’une magnitude de 5,1 sur l’échelle ouverte de Richter, il avait fait plusieurs blessés suite à des mouvements de panique. De nombreuses habitations et édifices avaient été endommagés, faisant des centaines de sinistrés. Mais le Craag rassure : ces secousses « mineures » entrent dans le cadre « d’une activité sismique normale ». « Quand il y a un séisme modéré, il peut parfois générer une activité de répliques, constituées de séismes dont la magnitude est plus basse que le choc principal », explique ainsi à l’APS Mohamed Hamdache, chercheur au Craag. « Ces répliques dureront jusqu'à ce que la région retrouve un état d'équilibre des forces tectoniques. A chaque réplique, il y aura une quantité d'énergie libérée. Avec le temps, toute l'énergie emmagasinée s'estompera et la région reviendra à son état normal », a-t-il conclu.

El Watan - Samedi 20 décembre 2014

mercredi 17 décembre 2014

L'architecture d'aujourd'hui N404 2014


L'observation des maquettes produites par les architectes nous permet de pénétrer dans leur « laboratoire de conception ». Cette pratique témoigne d'une attitude empirique et intuitive, par le biais d'un artefact, entre interprétation et représentation.

dimanche 14 décembre 2014

Ouled les generaux, Ouled Said et les Ouled Nail ...


Et pour quoi pas les enfants d’Israël pendant que vous y êtes !

Comment peut-on diriger une commune de 50 000 habitants encore noyée au fond d'un précipice tribale dans un contexte urbanistique moderne et ouvert dynamiquement aux autres Beni Walou, pour l'invention, la création, de nouvelles idées, de nouveaux espaces pour toutes ces régions malades de ce que peut leur donner leur seule mère natale comme progéniture.

Y a même des Ouled Lahchachna !!!!



Des balles dans le dos Désormais, ils n’exigent qu’une seule chose : “Que justice soit faite et que les auteurs de ces actes criminels soient fermement condamnés.” La douleur de ces pères directement touchés, est particulièrement partagée par l’ensemble des citoyens du quartier Draâ El-Baroud, comptant 35 000 habitants, soit un tiers de la population de la daïra de Touggourt, estimée à 52 000 habitants. Le quartier est représenté essentiellement (plus de 70%) par les Ouled Naïl, aârch important de la ville de Touggourt, cohabitant depuis des lustres avec les aârchs Ouled Saïd et Ouled Sayeh ou encore celui des Lahchachna.

in Liberté
Vendredi 12 - Samedi 13 décembre 2014

Algerie - le sourire des Corrompus !!!

C’est l’un des artisans du Plan stratégique d’Alger (PSA). Il le connaît par coeur. Et c’était d’ailleurs l’objet de son intervention lors de ce cycle de conférences qui se sont tenues à la Safex. Lui, c’est Amine Benaïssa, l’architecte en chef de la wilaya d’Alger. Expliquant la philosophie de ce mégaprojet, l’urbaniste dira : « On était plus dans le registre du marathon que dans le registre du big bang ». « On ne pouvait pas transformer Alger d’un coup de baguette magique, du jour au lendemain. Donc nous avons identifi é un certain nombre de paliers. » M.Benaïssa ajoute qu’il fallait « s’inscrire dans une cohérence territoriale, mais aussi sectorielle ».

Datashow à l’appui, Amine Benaïssa décline un à un les grands chantiers qui sont en train de transformer le visage de la capitale avec, pour objectif, d’en faire une grande métropole méditerranéenne à l’horizon 2030. Une métropole « compétitive et attractive ».

mercredi 10 décembre 2014

Rappel des notions de perspective


1. Histoire et principe des perspectives
2. Théorèmes applicables
3. Méthode des rayons visuels
4. Méthode du Viator
5. Précision
6. Les résections
7. Les points de percé et les points de fuite

Message le plus consulté de la semaine

Recherche personnalisée